Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube
Volumes collectifs sur psychanalyse et psychopathologie

La psychanalyse a urgence à se renouveler pour mieux étudier, de façon approfondie, critique et réflexive, les graves phénomènes sociaux, politiques et sexuels de notre époque.

Suffit-il de regarder avec commisération et passivité une certaine psychanalyse céder devant les discours idéologiques et sex-identitaires, perdant par la même occasion la force critique inaugurée par Freud et reprise par Lacan? Suffit-il de percevoir avec tristesse le cas de quelques enseignements universitaires en psychologie devenus également sex-identitaires, mais se revendiquant de la psychanalyse sans pourtant plus de substance qu’un vouloir “être” ?

L’un des traits de notre époque est le fait que les manuels diagnostics de psychopathologie et de psychiatrie se vident progressivement de ce qui était avant considéré, à juste titre, comme pathologique. De telle façon que l’on voit l’espace social et, par conséquent, le lien civilisationnel être envahis par toute une psychopathologie, non pas diagnostiquée mais bien réelle, désormais déguisée en “normes sociétales”, en signes d’identité ou en “styles de vie”.

En parallèle du phénomène identitaire, qui couvre de son voile épais bien de domaines de la société y compris le discours et l’enseignement de la psychanalyse, triomphe le neurologique, la psychiatrie biologique, le pharmaceutique, le comportemental. Un syncrétisme entre psychanalyse et neuroscientisme, ou entre psychanalyse et cognitivoscientisme, tente de s’habiller d’un semblant de légitimé.

Entre ces deux phénomènes idéologiques, l’un identitaire, l’autre scientiste, la psychanalyse non idéologique se retranche dans la pratique clinique quotidienne. Car elle ne trouve ni des espaces aisés d’expression ni des lieux apaisés d’échange. Il s’agit donc de réveiller cette psychanalyse non identitaire et non scientiste, de la faire sortir de son refuge, de la voir à nouveau s’exprimer, comme à l’époque où les psychanalystes rayonnaient de créativité et de relief grâce à leur libre pensée.

Par ailleurs, nous savons trop bien que, depuis longtemps, s’autoproclamer lacanien n’est la garantie d’aucun véritable ressort freudien. Malheureusement, trop de praticiens, surtout lors de la longue période de formation — laquelle peut durer pour certains toute leur vie —, ne font que répéter le vocabulaire ou les tics linguistiques d’une langue post-lacanienne creuse et inefficace.

Devant cet état de fait, pour analyser la psychopathologie contemporaine avec plus de clarté et de profondeur, nous avons plus que jamais besoin d’effectuer un retour au Lacan des années 50-60, tout en ajoutant quelques autres concepts que nous pouvons formaliser dans cette lignée.

Avec ces objectifs, nous voulons proposer une nouvelle revue psychanalytique sur le monde d’aujourd’hui laquelle pourrait être publiée, selon une cadence spontanée et sans contraintes institutionnelles d’aucune sorte, sous la forme de volumes collectifs pour lesquels nous allons lancer bientôt un appel à contributions.

Ces volumes collectifs seront publiés par Huit Intérieur Publications, sous notre direction, dont les premiers thèmes présélectionnés sont les suivants :

les Ruines psychiques dans l’art et la psychopathologie ;

les Spectres de l’analyste ;

— l’Inceste dans la famille occidentale. 

On trouvera bientôt la présentation de chaque thème et une suggestion des questions à travailler.

Pour la présentation des textes définitifs, vous pouvez vous référer aux Instructions aux auteurs.

Si vous êtes intéressé en participer, nous vous prions de bien vouloir nous envoyer un titre et un court argumentaire (quelques lignes suffiront) à notre adresse mail : textes@huitinterieur.com.

Dans l’attente de vos propositions,

Bien cordialement,

GAR, Paris, octobre-décembre 2017

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube